logo-amazon.png Meilleures ventes     →      livres    MP3   DVD   informatique   logiciels   musique    jeux vidéo

Nouveauté 2 - livres audio gratuits à télécharger - bibliboom.com

Histoires désobligeantes, de Léon Bloy

Livre audio gratuit posté le 22 juin 2011

  Durée : 5 h 30 min | Genre : Romans | Lectrice : Laurence | Musique : "L'oreille musicale" Jean-Pierre SAUSSAC - "Opus film thème" Jacques BELLANGER - "Rivages 2" Jean-Pierre de BAETS:"Magie éloignée" Dreamer: - "Balade pour une beauté endormie" Laurent DANIS - ALBINONI: Adagio  

  " Monsieur Tertullien venait d’attraper la cinquantaine, ses cheveux étaient encore d’un beau noir, ses affaires marchaient admirablement et sa considération grandissait de jour en jour, lorsqu’il eut le malheur de perdre sa femme. Le coup fut terrible. Il aurait fallu de la perversité pour imaginer une compagne plus satisfaisante. Elle avait vingt ans de moins que son mari, le visage le plus ragoûtant qui se pût voir et un caractère si délicieux qu’elle ne laissait jamais échapper une occasion de ravir. Le magnanime Tertullien l’avait épousée sans le sou, comme font la plupart des négociants que le célibat incommode et qui n’ont pas le temps de vaquer à la séduction des vierges difficiles. Il l’avait épousée « entre deux fromages », disait-il avec enjouement. Car il était marchand de fromages en gros et il avait accompli cet acte sérieux dans l’intervalle d’une livraison mémorable de Chester et d’un arrivage exceptionnel de Parmesan. "


  

>Télécharger le fichier ZIP     (Clic-droit, “"Enregistrer la cible du lien sous...")

   >Version texte    

Une femme d'argent, d'Hector Malot

Livre audio gratuit posté le 11 juin 2010

Durée : 8 h 15 min | Genre : Romans | Lectrice :  Leirisanne | Musique : Monokle - Bear and mug

Dans ce roman, Hector Malot nous dresse le portrait d'une femme vénale pour qui la fin justifie les moyens, et réussit à la rendre touchante.

" A partir du jour où l'achat de la maison de Nogent avait été réalisé et où les réparations avaient commencé, Madame Fourcy n'avait plus été chez elle. Où était-elle du matin au soir? A chercher les occasions qui devaient lui permettre de meubler sa maison de campagne avec goût et aussi avec économie. Il n'est pas difficile au riche de trouver de belles choses; dix magasins les lui offrent avant qu'il ait parlé : il n'a qu'à choisir et à payer; et encore paye-t-il plus souvent qu'il ne choisit. Mais quand l'argent ne répond ni aux suggestions du désir ou de la fantaisie, ni aux exigences du goût ou aux besoins du moment, c'est une toute autre affaire. Il faut chercher. Il faut remplacer l'argent par le flair et la peine. Fourcy n'avait donc pas été surpris des fréquentes absences de sa femme ; elle était en quête de quelque curiosité, elle travaillait pour les siens comme il travaillait lui-même, cela était tout naturel à ses yeux. "


      Pour faire défiler les chapitres, cliquer sur   

> Télécharger le fichier Zip      (Clic-droit, “"Enregistrer la cible du lien sous...")

   > Version texte    

Le coquillage au bord de la mer, d'Alphonse de Lamartine

Livre audio gratuit posté le 08 juin 2011

Durée : 3 min | Genre : Poèmes | Lectrice : Séléna 

 " Quand tes beaux pieds distraits errent,ô jeune fille,

                               Sur ce sable mouillé, frange d’or de la mer,

                               Baisse-toi, mon amour, vers la blonde coquille

                               Que Vénus fait, dit-on, polir au flot amer. "


  

> Télécharger le mp3     (Clic-droit, “"Enregistrer la cible du lien sous...")

  Version texte    

Jadis, de Guy de Maupassant

Livre audio gratuit posté le 08 juin 2011

Durée : 17 min | Genre : Nouvelles | Lectrice : Séléna | | Musique : Dominick Mordini - Histoires Sans Paroles

 "... Quand on se marie, il faut unir les convenances, combiner les fortunes, joindre les races semblables, travailler pour l'intérêt commun qui est la richesse et les enfants. On ne se marie qu'une fois, fillette, et parce que le monde l'exige ; mais on peut aimer vingt fois dans sa vie, parce que la nature nous a faits ainsi. Le mariage ! c'est une loi, vois-tu, et l'amour, c'est un instinct qui nous pousse tantôt à droite, tantôt à gauche. On a fait des lois qui combattent nos instincts, il le fallait ; mais les instincts toujours sont les plus forts, et on a tort de leur résister, puisqu'ils viennent de Dieu, tandis que les lois ne viennent que des hommes. Si on ne poudrait pas la vie avec de l'amour, le plus d'amour possible, mignonne, comme on met du sucre dans les drogues pour les enfants, personne ne voudrait la prendre telle qu'elle est..." 


  

> Télécharger le mp3     (Clic-droit, “"Enregistrer la cible du lien sous...")

  Version texte    

Fantômes, d'Ivan Tourgueniev

Livre audio gratuit posté le 30 mai 2011

Durée : 1 h 17 min | Genre : Nouvelles | Lectrice : Séléna | Musique : Ashe Marbury - I'll Follow You  

 "Je me retournais dans mon lit, n'arrivant pas à dormir. " Que le diable emporte toutes ces sottises de tables tournantes !... Cela n'est bon qu'à vous détraquer les nerfs ! " me disais-je... Peu à peu le sommeil finit par me gagner... Tout à coup, je crus entendre, dans ma chambre, un son faible et plaintif comme une corde que l'on pince. Je soulevai la tête. La lune était basse dans le ciel, et me regardait, droit dans les yeux. Sa lumière dessinait sur le parquet une raie blanche, tracée à la craie... Et de nouveau je perçus l'étrange bruit. Je me dressai sur le coude..."   


  

> Télécharger le mp3     (Clic-droit, “"Enregistrer la cible du lien sous...")

  > Version texte    

Ar Môr, d'Anatole Le Braz

Livre audio gratuit posté le 28 mai 2011

Durée : 36 min | Genre : Nouvelles | Lectrice : Séléna | Musique : Dominick Mordini - Histoires Sans Paroles 

 "Ce soir-là, quand les chariots de la tribu s'arrêtèrent pour leur halte accoutumée de la nuit, l'odeur singulière qui, depuis plusieurs jours déjà, accueillait la marche des Kymris migrateurs, dans leur exode vers les terres du couchant, se fit tout à coup si forte et si pénétrante que les buffles eux-mêmes, au lieu de se répandre dans les herbages, sitôt dételés, restèrent, les naseaux tendus, à humer l'air avec une sorte d'inquiétude. On eût dit que, là-bas, derrière les collines âpres et tourmentées qui barraient l'horizon, vers l'ouest, d'immenses cassolettes invisibles fumaient, imprégnant l'espace d'un arôme irritant et subtil, tel que les patriarches de la horde ne se souvenaient point d'en avoir respiré de semblable, au cours de leurs étapes les plus heureuses à travers les plaines les plus embaumées..."  


  

> Télécharger le mp3     (Clic-droit, “"Enregistrer la cible du lien sous...")

   > Version texte