logo-amazon.png Meilleures ventes     →      livres    MP3   DVD   informatique   logiciels   musique    jeux vidéo

Schwob, Marcel - livres audio gratuits - mp3 - bibliboom.com - Le roi au masque d'or

Schwob MarcelMarcel Schwob né à Chaville (Seine-et-Oise, aujourd'hui Hauts-de-Seine) le 25 août 1867 et mort à Paris le 26 février 1905, est un écrivain français — conteur, poète, traducteur, érudit — proche des symbolistes. (1879).

 

 

 

La machine à parler, de Marcel Schwob

la machine a parler - schwob

Livre audio gratuit posté le 21  janvier 2010

Durée : 11 min | Genre : Nouvelles | Lectrice : | Musique: Vate - Impunidad

" L’homme me fit entrer dans une salle que je ne pus regarder, tant elle me parut terrible par le monstre qui s’y dressait. Car il y avait à son centre, élevée jusqu’au plafond, une gorge géante, distendue et grivelée, avec des repris de peau noire qui pendaient et se gonflaient, un souffle de tempête souterraine, et deux lèvres énormes qui tremblaient au-dessus. Et parmi des grincements de roues, et des cris de fil en métal, on voyait frémir ces monceaux de cuir, et les lèvres gigantesques bâillaient avec hésitation ; puis, au fond rouge du gouffre qui s’ouvrait, un immense lobe charnu s’agitait, se relevait, se dandinait, se tendait en haut, en bas, à droite, à gauche ; une rafale de vent bouffant éclatait dans la machine, et des paroles articulées jaillissaient, poussées par une voix extra-humaine. "


 

> Télécharger le mp3     (Clic-droit, “"Enregistrer la cible du lien sous...")

> Version texte   

 

Les Milésiennes, de Marcel Schwob

Livre audio gratuit posté le 20  janvier 2010

Durée : 9 min | Genre : Nouvelles | Lectrice :   | Musique : Albinoni-Adagio

Tout à coup, sans que personne en sût la cause, les vierges de Milet commencèrent à se pendre. Ce fut comme une épidémie morale. En poussant les portes des gynécées, on heurtait les pieds encore frémissants d’un corps blanc suspendu aux poutres. On était surpris par un soupir rauque et par un tintement de bagues, de bracelets et d’anneaux de chevilles qui roulaient à terre. La gorge des pendues se soulevait comme les ailes palpitantes d’un oiseau qu’on étouffe. Les yeux semblaient pleins de résignation, plutôt que d’horreur.


 

> Télécharger le mp3     (Clic-droit, “"Enregistrer la cible du lien sous...")

> Version texte   

 

La peste, de Marcel Schwob

Livre audio gratuit posté le 13  janvier 2010

Durée : 11 min | Genre : Nouvelles | Lectrice :   | Musique : Vox Inmenrentis

" L’an MCCCLXXIV étant jeune homme sans argent, je m’enfuis de Florence sur les grandes routes avec Matteo pour compagnon. Car la peste dévastait la cité. La maladie était soudaine, et attaquait dans la rue. Les yeux devenaient brûlants et rouges, la gorge rauque ; le ventre enflait. Puis la bouche et la langue se couvraient de petites poches pleines d’eau irritante. On était possédé par la soif. Une toux sèche secouait les malades pendant plusieurs heures. Ensuite, les membres se raidissaient aux articulations ; la peau se parsemait de taches rouges, gonflées ; qu’aucuns nomment bubons. Et finalement, les morts avaient la figure distendue et blanchâtre, avec des meurtrissures saignantes et la bouche ouverte comme un cornet. "


 

> Télécharger le mp3     (Clic-droit, “"Enregistrer la cible du lien sous...")

> Version texte   

L'incendie terrestre, de Marcel Schwob

Livre audio gratuit posté le 10  janvier 2010

Durée : 10 min | Genre : Nouvelles | Lectrice :   | Musique : Mozart-Requiem-Lacrimosa

Le dernier élan de foi qui avait entraîné le monde n’avait pu le sauver. Des prophètes nouveaux s’étaient dressés en vain. Les mystères de la volonté avaient été inutilement forcés ; car il n’importait plus de la diriger, mais c’était sa quantité qui semblait décroître. L’énergie de tous les êtres vivants déclinait. Elle s’était concentrée dans un effort suprême vers une religion future, et l’effort n’avait pas réussi. Chacun se retranchait dans un égoïsme très doux. Toutes les passions étaient tolérées. La terre était comme dans une accalmie chaude. Les vices y croissaient avec l’inconscience des larges plantes vénéneuses. L’immoralité, devenue la loi même des choses, avec le dieu Hasard de la Vie ; la science obscurcie par la superstition mystique ; la tartuferie du cœur à qui les sens servaient de tentacules ; les saisons, autrefois délimitées maintenant mélangées dans une série de jours pluvieux, qui couvaient l’orage ; rien de précis, ni de traditionnel, mais une confusion de vieilleries, et le règne du vague.


 

> Télécharger le mp3     (Clic-droit, “"Enregistrer la cible du lien sous...")

> Version texte   

Les embaumeuses, de Marcel Schwob

Livre audio gratuit posté le 09  janvier 2010

Durée : 12 min | Genre : Nouvelles | Lectrice :   | Musique : Scabeater - Autumn

Je m’approchai d’un des orifices d’où jaillissaient les rayons rouges, et je parvins à monter sur une des coupoles pour regarder à l’intérieur. Je compris alors l’étrangeté de la contrée et de la cité des coupoles. Car l’endroit que je voyais, éclairé à torchères, était jonché de morts ; et parmi des pleureuses, d’autres femmes s’empressaient avec des vases et des instruments. Je les voyais fendre sur le côté des ventres frais et tirer les boyaux jaunes bruns, verts et bleus, qu’elles plongeaient dans des amphores, enfoncer par le nez des figures un crochet d’argent, briser les os délicats de la racine et ramener la cervelle avec des spatules, laver les corps avec des eaux teintes, les frotter de parfums de Rhodes, de myrrhe et de cinnamome, tresser les cheveux, gommer les cils et les sourcils de couleur, peindre les dents et durcir les lèvres, polir les ongles des mains et des pieds et les entourer d’une ligne d’or. Puis, le ventre étant plat, le nombril creux, au centre de rides circulaires, elles allongeaient les doigts des morts, blancs et plissés, leur cerclaient aux poignets et aux chevilles des anneaux d’électron, et les roulaient patiemment dans de longues bandelettes de lin.


 

> Télécharger le mp3     (Clic-droit, “"Enregistrer la cible du lien sous...")

> Version texte   

La croisade des enfants, de Marcel Schwob

Livre audio gratuit posté le 07 janvier 2010

Durée : 41 min | Genre : Romans | Lectrice :   | Musique : Scabeater - Autumn

Schwob donna au Journal, de février à avril 1895, l'ensemble des récits constituant son livre, édité au Mercure de France, en 1896, à 500 exemplaires. Il en tira certainement l'argument de ses lectures, qui l'avaient familiarisé avec les légendes hagiographiques et les "historiettes miraculeuses". Cette croisade serait issue d'une curieuse narration, de quelques phrases latines  d'une chronique du temps de Saint-Louis racontant de façon sibylline le passage de pèlerins ignorants, armés de leur naïveté. Ils voulurent gagner Jérusalem et disparurent mystérieusement dans une tempête. Mais le fait historique de cette désastreuse entreprise s'est révélé authentique. Vers 1212, des milliers d'enfants partirent pour la Terre sainte  et furent pour la plupart massacrés avant même de pouvoir embarquer. Cela se passait peu avant l'appel, par le pape Innocent III, de la cinquième croisade. Le livre se compose de huit versions, par huit personnages différents, du même événement.


 

> Télécharger le mp3     (Clic-droit, “"Enregistrer la cible du lien sous...")

> Version texte   

Le roi au masque d'or, de Marcel Schwob

Livre audio gratuit posté le 05 janvier 2010

Durée : 30 min | Genre : Nouvelle | Lectrice :   | Musique : New Age Hippies - Intro First Darkness

" Le roi masqué d’or se dressa du trône noir où il était assis depuis des heures, et demanda la cause du tumulte. Car les gardes des portes avaient croisé leurs piques et on entendait sonner le fer. Autour du brasier de bronze s’étaient dressés aussi les cinquante prêtres à droite et les cinquante bouffons à gauche, et les femmes en demi-cercle devant le roi agitaient leurs mains. La flamme rose et pourpre qui rayonnait par le crible d’airain du brasier faisait briller les masques des visages. A l’imitation du roi décharné, les femmes, les bouffons et les prêtres avaient d’immuables figures d’argent, de fer, de cuivre, de bois et d’étoffe. Et les masques des bouffons étaient ouverts par le rire, tandis que les masques des prêtres étaient noirs de souci. Cinquante visages hilares s’épanouissaient sur la gauche, et sur la droite cinquante visages tristes se renfrognaient. Cependant les étoffes claires tendues sur les têtes des femmes minaient des figures éternellement gracieuses animées d’un sourire artificiel. Mais le masque d’or du roi était majestueux, noble, et véritablement royal."


 

> Télécharger le mp3     (Clic-droit, “"Enregistrer la cible du lien sous...")

> Version texte   

 


Commentaires (1)

1. Ezzeddine Soudani (site web) 15/11/2010

C'était parfait. Merci.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 02/04/2013